samedi 31 mars 2007

VINTAGEORAMA: FELICITATIONS, TU AS FAIT PARVENIR UN MARTIEN



Dix yeux
Trois mandibules faciales
Quatre bras tentaculaires
et autant de petits pieds

Un autre petit bonhomme de 1975 redessiné à la mode de chez nous en 2007. L'extra-terrestre en question était apparu dans une petite bande dessinée que j'avais fait à l'époque (à 8 ans, donc). Tout à fait originale et pas calquée du tout sur Genial Olivier paraissant dans
Spirou, la BD s'appelait Genial Jojo. Heureusement, l'idée d'inventer les aventures de Spouri ne m'était pas venu ;)

Il s'agit de toute évidence d'une forme de vie quelque peu crustacéenne. On peut s'interroger sur le comment du développement d'une forme de vie possédant des regroupements d'organes sur une base de 10, 4 et 3. La chose pourrait aisément être revue de manière à ce qu'elle n'est que 9 yeux, ce qui ramènerait les organes sensitifs en base 3 et les organes moteurs en base 4; ce qui, déjà, serait plus vraisemblable.

A votre avis, s'agit-il d'une forme de vie civilisée. Je ne saurais dire, et le bref usage que j,en ai fait à 8 ans ne me permet pas de le dire.

Je serais tenté de croire qu'il s'agit d'une forme de vie amphibie (on la voit à l'air libre) utilisant la couronne d'excroissance qui se trouve sur le dessus de sa tête pour en conjonction avec sa face corporelle élancée pour pour se propulser dans un milieu liquide. Ses mandibules facieux et ses tentacules sont sans doute d'une grande aide pour améliorer sa manoeuvrabilité.

vendredi 30 mars 2007

jeudi 29 mars 2007

N'OUBLIONS JAMAIS LE COMMANDANT COMETE!


Ni aucun autre des Outerspace Men de Colorforms. Quant à moi, ils personnalisent mieux que quiconque la vision pop des formes de vies extra-terrestres des années 50 à 75 (pourquoi 75, parce que).

LA VRAIE NATURE DE L'EVENEMENT



En faisant une analyse cornospectronique de la photo que Normand nous a envoyé dans le précédent message, on comprend mieux la vraie nature de la cérémonie à laquelle il s'est jointe hier.

mercredi 28 mars 2007

Saint Las Vegas

Ce soir, Ma soeur m'a invite a une soiree dans le sous-sol de l eglise. Quelle soiree. Sucre a la creme, sandwich pas de croute, tirage de prix de presence fabuleux ( genre kit de saliere) Un vrai reve. J ai joue aux aventuriers du Rail avec mes matantes et ma mere. Bref, ce jeu est vraiment pourtous. En plus, J ai gagne une epicerie de 50$ ( Ca a bien tombe) Bref, C etait un peu surreel d etre entouree de cheveux blancs mais je me suis bien amuse. J ai l intention d y retourner. Voici quelque photos pour vous faire rever.

DU CRISCO POUR L'AME

La tartine du bonheur tombe toujours du bon côté. Un accident heureux tombe toujours à point.

Eloi St-Cyr

RENDEZ-VOUS MANQUE AVEC L'HISTOIRE

Comme tous vous le savez, il est des indices qu'une propriété intellectuelle a été usée jusqu'à la corde.Le légendaire Jumping of the Shark en est un exemple probant, mais il ne est d'autres. (Voir : http://www.jumptheshark.com/index.jspa)

Pour relancer une idée délavée, quoi de mieux que de changer les protagnonistes de milieu, The Simple Life en est un bon exemple (Paris Hilton et Nicole Ritchie étaient d'office une propriété intellectuelle sans intérêt, les changer de milieu n'a pas aidé). La téléréalité regorge de tels exemples. Dans la fiction, toutefois, les protagonistes doivent avoir eu une existence fictive préalable à ce qu'on les plonge dans un état étranger. De la sorte, on peut penser à Josie and the Pussycats in outer space, Where in time is Carmen Sandiego? Bugs Bunny Lost in Time et la saison de voyage temporel des Schtroumpfs.

L'espace et les autres époques (auxquelles on accède par voyage temporel, c'est bien connu) sont des candidats de choix. Ainsi, dans la foulée du courts-métrage Les Héros Canadien Français dans l’Espace, Bobbi Burquel, sketcheur cosmique bien connu, avait eu une idée de génie le 28 avril 2003:

ELVIS GRATTON DANS L'ESPACE

Pareille utilisation de la propriété Elvis Gratton l'aurait rendue inutilisable. et on aurait pu passer à autre chose. Mais la destinée en a décidé autrement.

mardi 27 mars 2007

DU CRISCO POUR L'AME

Qu'on me le montre, ce futur qui s'entête à ne pas naître.
Ne sait-il pas qu'il est pétri à même ce dont demain est fait?

Eloi St-Cyr

VINTAGEORAMA: SALVAR OSKET





On s'est tous inventé des histoires quand on était enfants, pour ce, on a inventé des personnages. Souvent ceux-ci étaient largement inspirés, voir calqués, sur des personnages déjà existants issus de films, séries TV, bandes dessinées ou autres. Voici un de ces cas, un arch-vilain tout droit sorti des années soixante-dix, créé par moi quand j'avais huit ans. A son historique, je joints quelques dessins d'époque (issus de bandes dessinées que je faisais dans le temps) et quelques réesquissages du personnage fait au long des ans.


Salvar Osket fait sa première apparition en 1975 comme méchant tout-puissant d'origine extra-terrestre dans la bande dessinée amateure Pierre et L'île du soleil rouge. Son champ d’influence est à cette époque son monde natal. Il y est possiblement à la tête d'une secte ou d'une organisation secrète (comme Zorglub dans Spirou) ou encore d'une entité territoriale rivale à celle où réside les extra-terrestres qui ont amené chez eux Pierre Winters, le protagoniste de l’histoire. Il possède un intellect impressionnant et probablement des pouvoirs psychiques. Tout ce qui se rattache à lui semble être touché par la couleur verte. A l’image de Darkseid dans le Fourth World de Jack Kirby, sa technologie est à la mesure de son pouvoir. Il agit principalement via son agent Uranos Radano et reste une force dans l'ombre. Chargé d’amener Pierre Winters à son maître, Radano échoue dans sa mission et se voit châtié par son maître qui, par delà la distance qui les sépare, lui envoit une sphère de lumière verte qui doit mettre fin à ses jours. Cette lumière, capable d'altérer sa trajectoire pour joindre sa victime, n'estp as sans rappeler les Omega Beam du Darkseid de Kirby.

La deuxième apparition d'Osket, dans Pierre et le monstre d'Osket, le montre clairement à la tête d'une organisation secrète. Il créé un monstre géant (comme Godzilla de la Toho ou Mézozo de Spirou) qui sème la terreur partout sur son passage mais dont on disposera en fin de compte. Il demeure encore un méchant rattaché à un domaine extra-terrestre bien circonscrit et sans lien avec la Terre et l'humanité, si ce n'est son intérêt pour Pierre Winters, le protagoniste de l’histoire.

Il faut attendre la fin 1977 dans La révolution des deux planètes pour le voir entrer en interaction avec la Terre. Il devient alors une sorte de Darth Vader de Star Wars, associé à l’anarchiste Zony dont il devient le Seigneur et maître, et est assisté par l'androïde ou cyborg Andradus Rimdoe, lui aussi claqué sur Vader. Rimdoe aurait initialement été un compagnon d'arme d'Osket mort au combat. Celui-ci lui aurait offert un corps artificiel puisqu'il était son meilleur ami et qu'il répugnait à le voir disparaître. Son titre dans la hiérarchie d'Osket est Seugral.

Rimdoe commande un immense vaisseau spatial ressemblant au Star Destroyer de Star Wars et a à sa disposition une armée de gardes verts et une armada de chasseurs spatiaux. Ici, Radano est absent de la scène mais on le verra dans une réécriture ultérieure et jamais achevée de L'île du soleil rouge. On est en droit de croire que sa zone d'influence est limitée à son propre monde, de la même façon que Zony est avant tout un agent terrien.

En 1978, l'aspect Darth Vader s'amplifie. On le montre comme un géant. D'abord haut de 2 mètres, il en mesurera jusqu'à une dizaine. Dans La révolution des deux planètes, il est dit qu'il a déjà asservi au moins un autre monde (le sien?) avant de décider d'envahir la Terre. Il est sous-entendu que son monde natal n’est plus viable et c’est la raison pour laquelle il doit en trouver un nouveau. Sa flotte spatiale grandit sans cesse. Bien plus grands que le croiseur triangulaire qu'il avait utiliser dans sa première tentative d'invasion de la Terre, ses vaisseaux-mères successifs (deux nous sont montrés) rappellent de gigantesques galions dans les ventres desquels viennent s'abriter ses croiseurs. Sa relation avec la Terre s'obscurcit. Suite à sa tentative avortée d'invasion, ses attaques se font plus sournoises. Il infiltre des agents sur Terre, construit des bases secrètes. Les rapports Terre-Osket finissent par ressembler à une guerre froide.

En 1979, sous l'influence Goldorak, il devient un équivalent du Grand Stratéguerre de cette série, et revient à une taille normale. Il est alors nommé Seigneur de Ténébra, sans que ce terme soit expliqué plus avant. Il désire envahir la Terre et a déjà fait subir le même sort à Titania, monde natal d'Altair Ten, de même qu'à au moins un autre. Son rôle est plus effacé et il agit via sa flotte, laquelle est commandé par Uranos Radano, renommé Général Uranos à la mode Goldorak. Le look de Radano se raffine pour en faire un aristocrate. Sa peau est maintenant bleue. Andradus Rimdoe est absent de cette version même si un grand body builder barbu répondant au nom de Seugral y apparait. Zony est toujours présent.

Bien que le personnage ait beaucoup changé de 1976 à 1980, une certaine continuité peut en être dégagée. Osket est d'origine extra-terrestre. Supérieur à la moyenne, tant intellectuellement, psychiquement que physiquement, il est à la tête d'une force armée dotée d’une technologie très avancée. Entouré d'hommes de main hors du commun et lui étant dévoués, c'est par eux qu'il fait avancer sa cause. Son pouvoir va grandissant. Il début comme un pouvoir occulte et interlope sur son monde originel, puis, après l'avoir possiblement conquis ou détruit, se lance vers la porchaine étape, à savoir l'asservissement d'au moins un monde puis de la Terre. L'époque où il vient sur Terre est soit le présent ou le futur proche.


lundi 26 mars 2007

FOLLOHOPPE EN VINTAGORAMA: UNDERWATER SPACE BABIES, LOGO


Je viens de retrouver ca. C'est pas super super, mais en tout cas, c'est cheesy. (Je trouve le "underwater" un peu gros et le "Space Babies" pas assez, mais bon... Quelqu'un avait-il sketché le look des bébés?


LA EMMANUELLE NOUVELLE





Un petit mot pour informer les amis qu'un gros poupon de 8 livres nommé Emmanuelle s'est joint à nous le 19 mars. Maman et bébé se portent bien.
Oyé, oyé, oyé!

PS: La maman se sentait un peu trop fatiguée pour apparaître sur ces photos.

lundi 19 mars 2007

Chuck Kat-Chow sait se montrer tendre



Voila donc Chuck Kat-Chow, le superflic à la couenne dure de la ville touriste d'Holly Falls, au sud de l'Hontario.

Créer en sketchant (cosmiquement) dans l'autobus, Chuck meuble mes transports en commun de manière créative en me permettant de faire des petits truc narratif dans un délais bref et un style simple qui ne souffre pas de l’inconfort imposé par les tites banquettes dures de la station Radisson.
Pour cette séquence le méchant est inspiré par le look de De Niro dans « Heat » de Michael Mann. Un fichu bon thriller si vous ne l’avez pas vu.

- Bonhomme

dimanche 18 mars 2007

DU CRISCO POUR L'AME

Rien ne sert de courir en vain sur une route dont on ignore la destination. Suis les indications et marche vers ton destin.

Eloi St-Cyr

DU CRISCO POUR L'AME

Pleurer devant quelque chose de beau est une excellente façon de perdre du poids.
Eloi St-Cyr

DU CRISCO POUR L'AME

Le totalitarisme est un besoin d'acceptation poussé à son extrême limite.

Eloi St-Cyr

ON EST PAS SERIEUX QUAND ON A HUIT ANS




Posté par Ghislain - Quelques redesings de vaisseaux concus en 1975 (donc, quand j'avais huit ans - on ne s'atend donc pas à de quoi que Syd Mead aurait conçu, merci). Le premier en haut à gauche rentrait dans celui qui est en dessous, et celui-ci rentrait dans l'autre, la masse de gouttes modulaires qui est à droite (et qui était donc pas mal gros). Ce gros-là était un vaisseau interstellaire d'origine extra-terrestre si je me rappelle bien. On peut déploré qu'il n'y aie aucune cohésion de design entre les trois, mais coup donc. C'est ça qui est ça. Si vous voyez des idées pour les améliorer...

Pour ce qui est du personnage en dessous, il était à bord du plus petits des trois vaisseaux. Son fusil était aussi son véhicule puisqu'il générait une bulle de force grâce à laquelle il pouvait voler à des vitesses supersoniques, d'où le petit casque. Merci à Perdu dans l'espace pour avoir utiliser le champs de force à toutes les sauces, i.e. de quoi d'invisible dont tu fais ce que tu veux. Ce personnage était donc en quelque sorte un avion de chasse atmosphérique à lui tout seul.

Le problème avec tout ça, comme avec tout plein d'idées d'enfance, c'est que ça ne s'est jamais inscrit dans une histoire finie, et que les notes et souvenirs qui m'en restent sont assez incomplets et ne font pas vraiment de sens.

UNDERWATER SPACE BABIES

Posté par Ghislain - Une autre idee développée durant un souper entre amis et sur quelques emails la semaine suivante, qui tomba dans l'oubli aussitôt après:


UNDERWATER SPACE BABIES

Une série ludo-éducative de 76 épisodes de 5 minutes, USB suit le futur équipage de l'Endeavour alors que débute leur éducation à la maternelle sous-marine de la Fédération. Ils y feront la connaissance du Capitaine Pike, le fantôme d'un vieux pirate qu'eux seuls peuvent voir et qui les aidera à résoudre de nombreux mystères sous-marins. La série présente aussi Adèle, la gouvernante androïde un peu sévère qui leur livre les bases du savoir vivre, et Rigolox, le maladroit professeur extra-terrestre en charge de leur formation scientifique.

Les bébés (de 3 a 5, on ne le sait pas encore) vivent dans une base sous-marine cachée parce qu’on veux les protéger car EUX SEULS pourront sauver la Terre d’une terrible menace extraterrestre quand ils seront grands!

Lorsqu’ils sont devant un danger trop grand, les bébés se réunissent (ils doivent ABSOLUMENT tous être là) et crient «TOPAZ». Un éclair bleu les frappe et toute la bande devient temporairement invisible (tant qu'ils restent dans un rayon assez proche les uns des autres).
Lorsqu'ils sont invisibles, ils sont représentés graphiquement comme la femme invisible dans le dessin animé des Fantastic Four des année 1960, mais avec un contour d'un bleu topaze.

Leur adversaire est un humain qui s’et vendu aux extra-terrestres qui savent qu'un jour les Babies les mettront en échec. Il s’agit d’une sorte de Dirk Dastardly, un chasseur de trésors, astronaute et plongeur, qui veut trouver la grotte sous-marine ou sont caché les pierres précieuses qui fournissent leurs pouvoirs aux bébés. Il est accompagné d’une version crocodile ricaneur de Mutley. Les dits extra-terrestres - Ils s'appellent les Mercators! - apparaissent au début et a la fin de chaque épisode en ombre chinoise sur un écran géant dans le sous-marin de Dirk pour donner sa mission à Dirk et ensuite lui chauffer les oreilles suite à son échec. Lorsque parfois ils se lassent de son incompétence, les Mercators envoient des émissaires doués de super-pouvoirs comme le 3D Mystic Cowboy et le Poulpe Ninja pour tenter d'éliminer les bébés pendant qu'il est encore temps. Mais bien sûr, ça ne marche jamais.

Les bébés se demandent constamment comment les humains peuvent être aussi méchants. Dans une pause à la Capitaine Marc Simon, le prof Rigolox leur fait alors habituellement un cours sur comment les humain ont détruits leur environnement, et le Pirate-fantôme leur dit qu'il est un fantôme parce qu'il a été un mauvais humain.

Les pierres précieuses qui donnent leurs super-pouvoirs aux bébés font en fait partie du trésor du capitaine Pike (notre fantôme). C’est un peu lui qui lègue ses pouvoirs aux bébés par delà la mort. Le capitaine Pike était, de son vivant, le plus grand capitaine de toute la galaxie, une sorte de mixe entre Albator et le Métabaron avec un concentré de James Kirk, de Jean-Luc picard et de Julien Poulin

Parfois, les Babies sont aidés de deux génies extra-terrestres, Sprite et Spank, un mélange de Gazou dans les Pierrafeu et des Wonder Twins des Superfriends, de même que des Furry Trekkers, une troupe scoute d’oursons plongeurs.

mardi 13 mars 2007

DU CRISO POUR L'AME

Vois l'instant présent comme ce que le passé peut t'offrir de mieux,
et jamais tes souvenirs ne te paraîtront fades !

Éloi St-Cyr

Du Crisco pour l'ame...

Vois demain comme ce que le présent peut t'offrir de mieux,
et tu vivras pleinement ton avenir à chaque instant !

Éloi St-Cyr

dimanche 11 mars 2007

le Shimegi


Voici le Shimegi, tel qu'il apparait dans Fifine. Un merveilleur design de Bobbi. Je suis vraiment content de lui avoir demander. Merci Bobbi

Le Shhimegi est le dernier vaisseau de classe " Solar Eradicator" bati par l'homme avant son assention. Il a ete long a construire pour l epoque . 3 jours. Je suis pas satisfait de la coloration mais il faut vivre avec.

NOTES SUR "THE SHOW MUST GO ON" - TROISIEME PARTIE

Nous voici rendu au dernier arc narratif de THE SHOW MUST GO ON. Ce dernier segment pourrait être vu comme un spin off de la série initiale puisqu'à ce point de la campagne, les joueurs durent changer de personnages pour illustrer le passage du temps. Le style narratif diffère: il s'agit ici d'un road movie de l'espace plutôt que l'histoire de colons tentant de survivre dans un nouvel environnement.
J'essairerai de ramasser en un tout cohérent les notes que j'ai pu prendre sur les différentes races extra-terrestres créées par Normand pour les fins de son récit mais on attend maintenant de sa part avec impatience de plus amples renseignements sur ses personnages, et surtout, les sketches qu'il a fournit à ses joueurs pour illustrer le tout.

Merci, Normand!

Ghislain

SOLAR BANNER (troisième série)

Les Vrujars s’intégrèrent bien avec les greenwoodiens mais après un certain temps, Greenwood commença à refroidir et ses habitants entreprirent de trouver un nouveau foyer pour l’humanité. C’était le temps pour de nouveaux héros

On construisit trois vaisseaux d’exploration : La Santa Maria, la Nina et la Pinta, amalgames de technologie issues de la non-physique et de la physique classique. Les méchas dont les équippa étaient des Bionicans, des machine cultivées dans des réservoirs.

Le voyage fut très long et mouvementé. Ils rencontrèrent des Allemands du septième Reich, l'eumock Enrouch, le grabloups Rascha am totu et les Broldes, de redoutables voyageurs interdimensionels. Les éclaireurs rencontrèrent même les Aghellos, les plus anciens habitants de notre univers.

Le Santa Maria fut gravement endommagé dans un combat avec les Broldes et s’écrasa sur la planète Maraya dans les environs de laquelle la Nina avaient disparus. Au cours du voyage sur Maraya, les rescapés de la Santa Maria retrouvèrent leurs compatriotes de la Nina. Les greenwoodients s’étaient bien et rapidement intégrés aux marayiens. Malheureusement, un des leurs avait déserté et s’était unis avec les démons de la planète, mais avec l’aide des Buna-bulagis, les Greenwoodiens réussirent à vaincre son armée et furent finalement ramenés chez eux avec le Pinta grâce aux Aghellos.


jeudi 8 mars 2007

NOTES SUR "THE SHOW MUST GO ON!" DE NORMAND BILODEAU - TROISIEME PARTIE

THE SHOW MUST GO ON: SPACE CADETS (Seconde Série)

Après la guerre contre Yahvé, sa base d'opération fut démantelée. On fit de nombreuses découvertes scientifiques. La production du premier canon spatial commença sur Gaspard, la lune de Greenwood. Le professeur Watters mit au point l’Implosion Drive. On put rendre les clones fertiles. Les greenwoodiens prirent conscience de leur rôle d’uniques survivants de l’humanité, responsables de l’avenir de l’espèce. Ce fut une période d’effervescence durant laquelle il y eut beaucoup de mariages et un haut taux de croissance démographique. De nombreuses fermes se construisirent sur la planète.

Les héros de la première guerre devinrent les instructeurs de la nouvelle génération qu’ils entraînèrent sur la base militaire de Gaspard.

Un jour, la seconde arche générationnelle arriva enfin dans le système, et avec elle, les Vrujars, une civilisation interstellaire de grands insectoïdes. Ceux-ci n’étaient pas animés de mauvaises intentions. Mais la mort de leur empereur peu après leur arrivée ne fut pas sans causer quelque chaos tant au sein de leur communautée que sur la colonie.

Peu après, un autre événement sans précédent se produisit, les colons furent contactés par l’entité Greenwood, un avatar de la planète.

Quant à elle, Eva avait grandi et faisait des études de tekno. Elle se maria avec le cadet Eric Jr Duston, le premier greenwoodien, et eut plusieurs enfants avec lui.

Les joueurs étaient toujours les mêmes mais avec des fonctions plus élevés. Tous les cadets avaient quelques statistiques. C’était plus de travail mais le résultat en valait la peine.

DU CRISCO POUR L'AME

Le malheur, c’est la mauvaise façon de regarder le bonheur.

Eloi St-Cyr


CAPITAINE AMERICA EST MORT

Semble-t-il que Captain America est mort.... sans doute Marvel le ramènera-t-il, mais on peut s'interroger sur la pertinence de cette décision éditoriale.... à moins qu'il n'y aie là un message politique, mais là encore, on peut s'interroger... le personnage a quand même eu un rôle critique dans les années 60-70... le tuer a-t-il le même retentissement?



NOTE SUR "THE SHOW MUST GO ON!" DE NORMAND BILODEAU - DEUXIEME PARTIE

Suivant la campagne initiale, un plus courte campagne suivit, narrant les événements qui se produisirent un an après la fin de la la précédante aventure:


THE SHOW MUST GO ON FOREVER! LE FILM

Après avoir vaincu le système immunitaire d’Alpha du Centaure et, croyait-il, Yahvé, les colons s’installèrent sur une planète proche qu’ils baptisèrent Greenwood. Un an plus tard, le premier Greenwoodien naquit. La vie était tranquille jusqu’à ce qu’un étrange sonde traverse le système de Greenwood. L’équipe envoyée pour récupérer la sonde fut attaquée par les robots de Yahvé. Ce fut le début de la grande guerre contre Yahvé.

A l’intérieur de la sonde, ils trouvèrent les cadavres de plusieurs extra-terrestres. Parmi ceux-ci, un jeune bébé extra-terrestre reposait dans une unité de survie. Elle fut adoptée par les colons et baptisée Eva. On découvrit bientôt que bien qu’elle soit muette, elle était capable de lire les esprits.

Lors de l’attaque finale contre Yahvé, on put sauver plusieurs des clones produits par Yahvé à partir des colons qu’il avait exterminé et les ramener sur Greenwood. Mais Yahvé s’était déjà tourné vers une plus large cible : la mère patrie qu’il réussit à anéantir. Il ne survécut toutefois pas à sa victoire et tomba sous le feu posthume des missiles allemands et japonais.

La seconde campagne devait être courte. (Deux ou trois parties mais elle s’allongeât considérablement.) Le système était toujours Hero. Les joueurs s’étaient habitués au genre de la campagne, soi romantic-action où la vie de tout les jours rempli une part importante des sessions de jeu. Jean Carrières s’était joint au groupe à partir de la seconde partie de la première campagne. Il jouait Magdena Doreno, la mère adoptive d’Eva. Etienne jouait Louis-George Demesne qui avait épousé une des clones qui commandaient le ReconShip 01. Martin avait David Bowie comme personnage, un ancien cascadeur-acteur.

mardi 6 mars 2007

DU POD POUR L'AME


La derniere couverture en date pour Heavy Gear la ligne de jeux de role de Dream Pod 9. Encore une fois, on m'a demandé la mise en page Full Frontal, mais plus rapprochée, cette fois. On y reconnait comme mecha un Black Mamba tenant dans sa main un fromage... je veux dire, une épée.... une vibro-blade, pour être exact, je tout dans un décor désertique.

dimanche 4 mars 2007

DU CRISCO POUR L'AME

Un travail, c'est un subterfuge pour masquer notre incapacité à ne rien faire.

Eloi St-Cyr


NOTES SUR "THE SHOW MUST GO ON!" DE NORMAND BILODEAU

Selon cette habitude un peu insensé, je prends en note non seulement mes idées, mais celle de mes amis. J'avais demandé à Normand Bilodeau, un autre sketcheur cosmique, de mettre par écrit la campagne de jeu de rôle qu'il menait alors que nous travaillions ensemble en 1994, afin de les conserver pour la postérité. Bien que n'ayant pas participé à sa campagne , celle-ci fut ainsi tout de même le sujet de longues et intéressantes discussions (et l'occasion de découvrir les talents de conteur de Normand. (Notons qu'à cett époque, nous faisions énormément d'heures supplémentaires). Voici donc ces notes.

Amusez-vous bien!
Ghislain

THE SHOW MUST GO ON!

The show must go on ! se voulait à l’origine une micro-campagne de quelques aventures mais comme cela se produit souvent, elle prit des proportions démesurées face aux ambitions initiales du projet. Construite sur le modèle d’une série de télé, elle dura au moins trois années et s’étendit sur trois saisons et un téléfilm. Les acteurs furent Etienne Gagnon, Martin Ouellette (M.I.A.), Marc Clément, Jean Carrières et Louise Bilodeau.

The show must go on! est divisé en trios blocs narratifs: The show must go on! (série initale), The show must go on forever! (Film), Space cadets et Solar banner (séries). Chaque série ayant sa propre histoire.


THE SHOW MUST GO ON! (Première Série)


En l’an 2050, la première arche spatiale partit vers Alpha du Centaure pour un périple devant s’échelonner sur plusieurs générations, son arrivée à destination étant prévue pour 2200. En 2160, une second arche partit à sa suite. Notre histoire commence en 2200.

Pendant le voyage des deux arches, le technologie évolua sensiblement et une compagnie créa un système de propulsion permettant de contourner les limites de vitesse de 300 000 kilomètres par seconde imposées par la physique classique. Les autorités décidèrent de reprendre contact avec les premiers colons. Ils montèrent une expédition chargée de prendre contact avec les colons. Pour combler le faussé socioculturel qui s’étaient sans doute creusé entre la culture coloniale et celle de la mère patrie, on assembla un groupe d’ambassadeurs culturels principalement composé d’artistes. Par un étrange concours de circonstance, que la plupart d’entre eux s’avérèrent être des vedettes déclinantes ou ayant des difficultés à percer, qui profitèrent de l’événement. Des méchas ayant servis dans l’industrie du divertissement, que ce soit le combat d’arène, la course ou les championnats acrobatiques, furent montés à bord. Le voyage ne dura que 5 mois avec l’équipage en hibernation contrôlée.

A l’arrivée du ReconShip 01 dans le système d’Alpha du Centaure, les ambassadeurs découvrirent ne purent retrouvé la trace que de la première arche mais se retrouvèrent bien vite face à une suite de périls inattendus.

Ce que l’on avait cru être un astre était en fait une créature vivante qui se nourrissait d’énergie cosmique. Bien qu’il n’eut jamais conscience de la présence du ReconShip 01, son système immunitaire réagit agressivement à l’intrus.

Les membre de l’expédition durent aussi se défendrent contre Yahvé, l’intelligence artificielle qui s’occupait du système informatique du première arche. Celui-ci était devenu fou. Se considérant comme le dieu des colons, il avait éliminé ceux-ci, ne gardant que les tout-jeunes enfants.

Pour finir, les scientifiques de bord réalisèrent que les lois scientifiques étaient altérées dans ce système solaire. Ces phénomènes furent qualifiés “non-physique” et causèrent bien des problèmes. Entre autres, la destruction du système de navigation interstellaire du ReconShip01, rendant tout retour possible.

La première partie de TSMGO eut lieu à l’Université de Montréal. Le système utilisé était le Hero system.

DU CRISCO POUR L'AME

Par notre labeur nous essayons de faire avancer les choses et par là-même maquillons cette immuable réalité qui veut que bien que le temps passe, rien ne change.

Eloi St-Cyr


vendredi 2 mars 2007

Bon, j'ai finalement fait un avatar dont je compte me servir à l'avenir pour "signer" mes posts, puisqu'il n'y a pas d'autres moyens pour identifier qui est l'auteur d'un post (bien que dans la majorité des cas c'est facile à reconnaître). Si jamais vous voulez que je vous en fasse un, envoyez-moi une photo de vous-même qui fait votre affaire pis je me ferai un plaisir de le faire. J'ai voulu faire ça dans le genre "fighting game" à la Street Fighter, en plus, c'est efficace question mémoire. (Cette image n'est que de 1.58kb.)